arrow drop search cross

Bibliothèques Universitaires

Photographies anciennes du fonds ASEMI

La photothèque de l’ASEMI, c’est plus de 6 000 photographies dont :

  • 50 % prises entre 1860 et 1900 (premiers âges d’or de la photographie en Asie)
  • 75 % portent sur l’Indochine française
  • 500 sur le sud de l’Inde
  • 500 sur le Japon à la fin du XIXe siècle
  • La Chine, la Corée, Hong Kong, Singapour, la Birmanie ou encore Madagascar sont aussi représentés

Quelques grands noms de la photographie en Asie 

Émile Gsell (1838-1879) : premier Français à photographier en 1866 le temple abandonné d’Angkor Vat. Il également l’un des premiers à ouvrir un studio photographique au Viêt Nam, à Saigon. Le fonds ASEMI possède notamment deux albums réalisés de sa main.

Jean-Marc Bel (1855-1930) et son épouse : tous deux photographes, ils ont effectué une mission photographique au Siam en 1892-1893 dont l’ASEMI conserve 50 clichés.

Joaquim Antonio (1862-1912) : ce photographe macanais a immortalisé l'Exposition de Hanoi de 1902 ; l’ASEMI conserve quatre albums portant sur celle-ci.

N. V. Abbayeradjou (18..-19..) : ce mystérieux photographe indien en activité à Pondichéry à la fin du XIXe et au début du XXe siècles a laissé sept albums aux sujets variés.

Georges Azambre (1…-19…) : professeur aux lycées français de Saigon et d'Hanoi à la fin des années 1940 et au début des années 1950, Georges Azambre a pris plus de 600 photos de ces deux villes et de leurs environs. Elles constituent un témoignage précieux sur les dernières années de l’Indochine française.

Et beaucoup d’autres photographies précieuses et parfois inédites, citons par exemple :

Les photographies et dessins d'Henri La Nave des sculptures et moulages d’Angkor en 1904 ; les photographies de la guerre sino-japonaise (1894-1895) de Georges Ferdinand Bigot ; une centaine de clichés de François-Henri Schneider ou encore une partie des archives photographiques du gouvernement général de l’Indochine datant des années 1930 et de nombreux clichés réalisés à l’occasion des expositions coloniales de Paris (1889), Marseille (1906) et Vincennes (1931).

Une partie de la photothèque a été numérisée et est accessible librement sur la bibliothèque numérique de l’universitéHumazur.

miniature_photos_anciennes
Contact et informations pratiques

Vous avez une recherche spéciale, vous souhaitez consulter des documents du fonds ASEMI, contactez la BU Lettres Arts Sciences Humaines :
bu-lettres@univ-cotedazur.fr

La collection Louis DUMOULIN

Composée de près de 1 000 clichés, la collection photographique du peintre Louis-Jules Dumoulin (1860-1924) est conservée à l’ASEMI à Nice et au Musée Guimet à Paris.

Affiche de l’exposition Dumoulin organisée en 1889 à son retour d’AsieUn peintre voyageur

Ancien élève de Dominique Ingres et d’Henri Gervex, Dumoulin fût particulièrement marqué par les travaux de ce dernier. Il sera considéré très vite comme un maître paysagiste et un représentant majeur du phénomène du panorama en peinture.

D’abord envoyé par Jules Castagnary en 1888, puis, en tant que peintre officiel du Ministère de la Marine en 1895 et en 1896-1898, Louis Dumoulin effectuera trois missions officielles en Extrême-Orient. Il rapporta de ses voyages une importante collection de photographies pour la plupart acquises sur place, notamment au Japon, destination qui aura beaucoup marqué Dumoulin, comme beaucoup d’autres artistes de cette époque.

Un peintre photographe

Femmes japonaises

Dumoulin collectionnait les photographies pour deux raisons principales : avoir des souvenirs de contrées exotiques et avoir des modèles de travail pour ses tableaux. Dumoulin lui-même a pris quelques-uns des clichés de sa collection, lors de ses deuxième et troisième voyages en Asie entre 1895 et 1898.

Pour en savoir plus :