arrow drop search cross

Bibliothèques Universitaires

Collection Panaït Istrati

Panaït Istrati (1884-1935)

Panaït Istrati, né le 11 août 1884 à Brăila en Roumanie, est un écrivain roumain de langue française, surnommé par Romain Rolland le « Gorki des Balkans ». À douze ans, il quitte l'école pour exercer divers petits métiers et aider financièrement sa mère : garçon d’épicerie, apprenti pêcheur, …. Militant socialiste, à vingt ans, il est rédacteur à Roumanie ouvrière. Il exerce les métiers notamment de valet de chambre, de concierge, de peintre en bâtiment, plus tard de photographe sur la Promenade des Anglais, autant de métiers qui lui permettent de sillonner les rives de la Méditerranée et de parcourir l'Europe.

Par l'intermédiaire de son double romanesque, Adrien Zograffi, il entreprend de raconter son enfance en Roumanie, avec cette mère pauvre, subissant quotidiennement le labeur et la précarité. Si la Roumanie, la France et la Suisse forment son « triangle d'or », Istrati se tourne aussi vers la Russie. La révolution communiste l'attire. Durant ces séjours, il devine, derrière l'accueil réservé aux hôtes étrangers, la réalité de la dictature stalinienne, qui lui inspire l'écriture de Vers l'autre flamme, confession pour vaincus, dans lequel il dénonce avec une grande virulence l'arbitraire du régime soviétique, ce qui tournera une grande partie du monde littéraire français contre lui.

Abandonné et fustigé, Panaït Istrati se réinstalle en Roumanie en 1933. Il meurt à Bucarest le 16 avril 1935.

Principaux personnages et lieux en relation

Marcel MERMOZ (Président de l'Association des Amis de Panaït Istrati, de 1975 à 1982) ; Romain ROLLAND (écrivain) ; Nice, Roumanie, URSS.

Extrait d'une lettre manuscrite de Panaït Istrati adressée à Frédéric Lefèvre
Contact et informations pratiques

Consultation des ouvrages ou des archives de la collection se fait sur rendez-vous. Contactez la BU Lettres Arts Sciences Humaines :
bulettres@unice.fr
Règlement de consultation

  • 1924 : Kyra Kyralina, Oncle Anghel
  • 1925 : Présentation des Haïdoucs
  • 1926 : Domnitza de Snagov, Codine
  • 1927 : La Famille Perlmutter (en collaboration avec J. Jéhouda)
  • 1928 : Mes Départs, Les Chardons du Baragan
  • 1929 : Vers l'autre flamme
  • 1930 : Le Pêcheur d'éponges
  • 1933 : La Maison Thuringer, Le Bureau de placement
  • 1934-1935 : Méditerranée

Œuvres de Panaït Istrati

Oeuvres sur Panaït Istrati

Articles

De nombreux articles disponibles par les ressources électroniques : CairnJstor.

Il existait déjà à Paris, à la bibliothèque Sainte-Geneviève, un fonds Panaït Istrati (1884-1935). Cependant le président des Amis de Panaït Istrati, Marcel Mermoz, soucieux de marquer la présence de l'écrivain à Nice durant les années 1921-1926, a proposé à la bibliothèque de l'Université de Nice la création d'un fonds similaire. Il fut inauguré lors du premier colloque international Panaït Istrati à Nice en 1978 et il s'est ensuite enrichi de plusieurs dons, en particulier des éditions originales offertes par Frédéric Lefèvre, et les éditions hollandaises de A.M D. De Jong.

Le fonds comprend des éditions originales ou plus récentes des œuvres de Panaït Istrati, en français, roumain, ou traduites, des travaux universitaires, des publications de l’Association des Amis de Panaït Istrati, ainsi que des photographies originales de Panaït Istrati, des correspondances, des articles et des textes de Panaït Istrati. Signalons également l'édition des Chardons du Baragan illustrée par Vasile Pintea, artiste roumain, et publiée par les Pharmaciens bibliophiles en 1981.

L’inventaire des documents d’archives de ce fonds est en cours, vous pouvez retrouver une partie des documents d’archives sur le Catalogue en ligne des manuscrits et archives de l’Enseignement supérieur. Logo Calames

Vous pouvez retrouver les livres et revues de la collection dans notre moteur de recherche