arrow drop search cross

Bibliothèques Universitaires

Collection Michel Butor

Michel Butor (1926-2016)

Né le 14 novembre 1926 à Mons-en-Barœul, Michel Butor s’installe à Paris avec sa famille très jeune, et suit des études de philosophie à la Sorbonne, suivant les cours de Jean Wahl et de Gaston Bachelard. Recalé à l’agrégation de philosophie, il entame une carrière de professeur de français à l’étranger, en Egypte à l’automne 1950. Y naît l’idée d’un premier roman, Passage de Milan. De retour à Paris fin 1953, il écrit pour des revues, notamment Les Cahiers du Sud et la NRF, et fait publier son roman par les éditions Minuit en 1954. A la NRF, Michel Butor rencontre Georges Perros, dont il restera l’ami jusqu’à sa mort, échangeant une large correspondance, lui envoyant ses manuscrits. Publié en 1957, son troisième roman La Modification rencontre un vrai succès critique, recevant le Prix Renaudot et est immédiatement associé au Nouveau Roman.

Après l’Egypte, l’Angleterre, la Grèce, la Suisse, Michel Butor part enseigner aux Etats-Unis à Bryn Mawr College à Philadelphie, tout en faisant des tournées de conférences à Boston, New York, Los Angeles… En 1970, il obtient un poste de professeur à l’Université de Nice, puis en 1973, soutient sa thèse de doctorat sur travaux autour de ses Répertoires, afin de régulariser sa situation universitaire ; il est maître-assistant pour sa dernière année à Nice en 1974-1975. La même année, il est professeur invité à l’Université de Genève, poste d’abord provisoire, qui va devenir définitif jusqu’à l’heure de la retraite en 1991. Il écrit dans ces années-là de nombreuses œuvres de critique littéraire, les Improvisations sur Flaubert, Rimbaud, Butor, Balzac… Bien que professeur à Genève, il continue à vivre à Nice jusqu’en 1986. En 2013, il reçoit le Grand Prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

Bien que considéré comme figure du Nouveau Roman, Michel Butor ne s’est jamais senti faire partie d’une école, toujours créateur solitaire et non dogmatique, réticent à être rangé où que ce soit. Racines surréalistes, ayant regretté qu’André Breton disparu n’ait pas pu lire son Portrait de l’artiste en jeune singe, racines toujours vivantes dans le travail de Matière de rêves (1975-1985), ou dans ses collages littéraires. Surtout connu pour ses quatre romans, Passage de Milan, L’emploi du temps, La Modification, et Degrés, Michel Butor y cherchait la rupture avec la forme traditionnelle du roman, ce qui l’a rapidement mené à abandonner cette forme, créant une nouvelle forme textuelle avec Mobile, étude pour une représentation des Etats-Unis en 1962. Se sentant à l’étroit dans les classifications de genre traditionnelles, il se penche davantage sur la poésie et travaille de plus en plus avec des plasticiens, des peintres, des sculpteurs, des photographes, notamment Henri Maccheroni et André Villers. Il publie son premier livre d’artiste avec le peintre chilien Enrique Zanartu, Rencontre, en 1962. Pendant plus d’un demi-siècle, il publie des textes poétiques pensés en séries : « Le génie du lieu », « Matières de rêves », « Improvisations », « Illustrations », « Avant-goût », « Répertoires », composés à partir de ses voyages en Egypte, au Mexique, au Japon, à Venise, aux Etats-Unis, …. Ces nombreuses collaborations avec des peintres l’amènent à écrire des essais sur la peinture, sur les « Œuvres croisées ».

Principaux personnages et lieux en relation

Georges Perros (Ecrivain), Henri Maccheroni (Artiste) ; Nice

Michel Butor
Contact et informations pratiques

Consultation des ouvrages ou des archives de la collection se fait sur rendez-vous. Contactez la BU Lettres Arts Sciences Humaines :
bulettres@unice.fr
Règlement de consultation

Michel Butor était un des auteurs les plus prolifiques du monde littéraire : il a lui-même recensé plus de 1400 titres à son actif.

  • Passage de Milan. Minuit, 1954
  • L’emploi du temps. Minuit, 1956
  • La modification. Minuit, 1957
  • Le Génie du lieu : Le Génie du lieu (1958), Ou (1971), Boomerang (1978), Transit (1992) et Gyroscope (1996)
  • Degrés. Minuit, 1960
  • Répertoire I à V. Minuit, 1960-1982
  • Mobile : étude pour une représentation des États-Unis. Gallimard, 1962
  • Réseau aérien : texte radiophonique. Gallimard, 1962
  • Description de San Marco. Gallimard, 1963
  • Essais sur le roman. Minuit, 1964
  • Illustrations I à IV. Gallimard, 1964-1976
  • 60 810 000 litres d’eau par seconde. Gallimard, 1965
  • Portrait de l'artiste en jeune singe. Gallimard, 1967
  • Les mots dans la peinture. A. Skira, 1969
  • Problèmes de l’art contemporain à partir des travaux d’Henri Maccheroni. C. Bourgois, 1983
  • Alechinsky Frontières et bordures. Galilée, 1984
  • Improvisations sur Flaubert. La Différence, 1984
  • Avant-goût I à IV. Ubacs, 1984-1992
  • L’œil de Prague. Dialogue avec Charles Baudelaire autour des travaux de Jiři Kolář. La Différence, 1986
  • Pierre Alechinsky ABC de Correspondance. Galerie Lelong, 1986
  • Retour du boomerang. PUF, 1988
  • Improvisations sur Rimbaud. La Différence, 1989
  • Improvisations sur Michel Butor : l’écriture en transformation. La Différence, 1993
  • Curriculum vitae, entretiens avec André Clavel. Plon, 1996
  • Improvisations sur Balzac. La Différence, 1998
  • Le Sismographe aventureux : Improvisations sur Henri Michaux. La Différence, 1999
  • Tombes titubantes, avec photos d'Henri Maccheroni. Ides et Calendes, 2000
  • Titi Parant plasticienne. Éditions de l'œil, 2002
  • Les Temps suspendus, illustré par Henri Maccheroni, avec la participation de Bertrand Roussel. Mémoires Millénaires, 2010
  • Le Chemin du ciel et La Chute des damnés : Une lecture de Dirk Bouts. Éditions Invenit, 2011
  • Une nuit sur le Mont Chauve, en collaboration avec Miquel Barceló. La Différence, 2012
  • Hugologie, catalogue de l'exposition Maison de Victor Hugo, Paris 3 novembre 2015-24 janvier 2016, avec des interventions sur des peintures de Julius Baltazar. Editions du Littéraire, 2015
  • Hugo. Éditions Buchet/Chastel, 2016

Œuvres de Michel Butor

Oeuvres sur Michel Butor

Etudes sur Michel Butor

Articles en ligne

De nombreux articles disponibles par les ressources électroniques : CairnJstor.

Si c’est à la bibliothèque municipale de Nice que Michel Butor a donné ses manuscrits et livres d’artiste, la BU Lettres Arts Sciences Humaines de l’Université de Nice a été le théâtre de la création du Centre d’Etudes de la Métaphore, avec Michel Launay et Henri Maccheroni. Dans un même mouvement, Michel Butor a fait don à la bibliothèque d’un ensemble unique autour de son ami Georges Perros : œuvres d’hommage après la mort de celui-ci en 1978, les manuscrits de Georges Perros en sa possession, les lettres reçues de celui-ci. Le fonds Michel Butor comprend aussi une série de lettres de Michel Butor à sa mère.

L’inventaire de ce fonds n’est pas encore accessible. Vous pouvez contacter la bibliothèque pour une recherche ponctuelle.